• 06/04/2011 (7)

    06/04/2011 (7)

    -        Sérieusement ? N’y croyant pas … Rah … Réalisa-t-elle quand elle comprit qu’elle n’en tirerait rien ce soir. Elle leva les yeux au plafond, les ferma et essaya de reprendre une respiration normale pour se calmer.

    -        Je suis sincèrement désolé, ajouta-t-il. Pas que je n’ai pas envie de … Au contraire. Mais tu viens de vivre une rupture douloureuse et …

    -        Je m’en suis remise complètement ! Le coupa-t-elle.

    -        Et il vaut mieux prendre notre temps avant que tu ne te décides de te lancer dans une autre histoire, continua-t-il.

     

    06/04/2011 (7)

    -        Tu es vraiment sûr de toi ? Lui demanda-t-elle une dernière fois en lui lançant son regard le plus aguicheur qu’elle avait en stock.

    -        Malheureusement oui, elle le sentit se crisper. Tu n’imagines pas à quel point je lutte pour ne pas te sauter dessus …

    -        Alors laisse-toi aller, murmura-t-elle tout en lui donnant un baiser. »

     

    06/04/2011 (7)

    Il y répondit avidement et la plaqua de nouveau contre le mur, collant son corps au sien.

    -        J’aimerai beaucoup mais je dois y aller, murmura-t-il entre ses lèvres. Il allait se pencher pour l’embrasser de nouveau mais Christina le coupa :

    -        Si tu m’embrasses encore une fois je vais être dans l’obligation de te séquestrer jusqu’à ce que tu cèdes.

     

    06/04/2011 (7)

    -        On se voit demain matin ? Sourit-il amusé. Je t’emmène dans un de mes endroits préférés de Detroit. Rendez-vous à 7 h à l’entrée de l’immeuble ? Tu commences tes cours à 8h15 c’est ça ?

    -        Tout à fait. Et soit à l’heure, j’ai horreur des retardataires !

     

    06/04/2011 (7)

    -        Ça ne risque pas. Fais de beaux rêves, recula-t-il jusqu’à la sortie.

    -        J’espère que tu vas penser à moi cette nuit et que tu vas regretter la décision que tu viens de prendre ! Lui lança-t-elle. »

    Pour toute réponse, il lui fit un clin d’œil et referma la porte derrière lui.

     

    06/04/2011 (7)

    Dégoûtée, Christina se laissa glisser le long du mur. Elle ne comprenait pas ce qui venait de se passer, ça ne lui était jamais arrivé. Normalement, il aurait dû la trainer dans sa chambre et lui faire l’amour passionnément. A croire que les gentlemen existaient encore de nos jours …


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :