• 14/05/2011 (6)

               14/05/2011 (6)

    Une fois dans sa chambre, elle se retourna vivement et le fixa d’un regard intense, les yeux encore embués de larmes.

    « Reste avec moi cette nuit, s’il-te-plaît ... 

    -         Je ne crois pas que ce soit une bonne idée Abi, détourna-t-il le regard.

    -         J’ai besoin de toi ...

    -         Non. Tu as besoin de repos, dit-il en refusant toujours de la regarder. »

     

     Kygo – Tired (Alan Walker Remix)

     

    14/05/2011 (6)

       « Très bien. Alors je n’ai aucune raison de rester ici. Je vais chez mes parents. Et sur ces paroles, elle prit une valise rangée contre son armoire.

    -        - Tu ne peux pas partir !

    -        - Et je peux savoir pourquoi ? Lui demanda-t-elle en commença à la remplir.

    -        - Parce que tu as des enfants qui vivent ici également ! Sean est parti, tu ne peux pas les laisser seuls. Tu es l’adulte dans cette maison, agi comme tel bon sang ! S’emporta Cameron.

     

    14/05/2011 (6)

    -        - Agir comme une adulte ?! Mais ils sont assez grands pour se débrouiller tout seul Cameron ! Tu n’étais peut-être pas là pour élever Kylian mais moi oui, et je sais qu’il est capable de s’occuper de son petit-frère pour quelques jours ! S’énerva-t-elle les larmes aux yeux.

    -        - Blessé par ce qu’elle venait de lui rappeler, il se tut. »

     

    14/05/2011 (6)

    Les bras ballants, il resta figé devant la porte. Dans son regard, on pouvait percevoir une grande souffrance. Le rappel de son absence et le fait de ne pas avoir vu ses enfants grandir … Cette douleur lui était insupportable. Et surtout que ce soit la femme de sa vie qui le lui crache à la figure.

     

    14/05/2011 (6)

    Abi se rendit compte du mal qu’elle lui avait fait et cessa immédiatement toute activité. Elle s’approcha de lui :

    « Je suis vraiment désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris … »

    Elle lui prit tendrement le bras et, de son autre main, lui caressa la joue.

    « Vraiment, insista-t-elle, j’en suis vraiment désolée. »

     

    14/05/2011 (6)

    Cameron, les yeux embués de larmes, croisa finalement son regard.

     

    14/05/2011 (6)

    « Il faut croire que nous sommes tous les deux à cran ces jours-ci, esquissa-t-elle un faible sourire.

    -        Il semblerait oui, lui répondit Cameron le souffle court. »

    La soudaine proximité d’Abigail accéléra les battements de son cœur. Son regard, rivé au sien, descendit lentement sur ses lèvres. Lèvres qu’il n’avait pas possédé depuis bien longtemps.

    Leurs regards se croisèrent de nouveau et ils se comprirent sans prononcer le moindre mot.

     

    14/05/2011 (6)

    Cameron l’embrassa fougueusement, ses mains parcourant ses longs cheveux châtains. Le désir qu’il avait pour elle depuis tout ce temps l’emporta sur la raison. Abi lui répondit spontanément et aussi intensément.

     

    14/05/2011 (6)

    Elle passa à son tour ses mains derrière sa nuque pour approfondir leur baiser. Ils ne s’arrêtèrent que lorsqu’ils furent à bout de souffle.

    Ils échangèrent un sourire gêné mais ne s’éloignèrent pas d’un centimètre. Cameron se pencha de nouveau plus lentement cette fois-ci, notant sa réaction. Sans hésiter, elle releva la tête pour aller à sa rencontre.

     

    14/05/2011 (6)

    Ce deuxième baiser, plus tendre au début, se fit petit à petit, beaucoup plus sensuel.

    Cameron descendit ses mains le long de la colonne vertébrale d’Abi avant de lui enlever son haut avec une lenteur atroce. Il s’aperçut avec joie qu’elle ne portait pas de soutien-gorge.

     

    14/05/2011 (6)

                Il la caressa ensuite, tâtonnant dans les déclivités et les creux de sa peau. Abi provoquait en lui toujours la même réaction, son contact déclenchait une vague de frissons dans tout son corps.

     

    14/05/2011 (6)

    Elle gémit lorsque la main de son amant s’empara de son sein et que ses doigts se resserrèrent sur son téton. « J’ai envie de toi, murmura-t-elle. »

     

    14/05/2011 (6)

                Il grogna en l’embrassant une fois encore, passionnément, avec une ferveur et un désespoir qu’elle ne lui avait jamais connu. Elle tira sur le bas de sa chemise et il l’aida à l’enlever. Son corps était toujours aussi parfait malgré les années. Il n’avait pas pris un poil de graisse à croire qu’il faisait tout le temps du sport.

     

    14/05/2011 (6)

    Sans attendre, il la souleva d’un coup. Instinctivement, ses jambes passèrent autour de ses hanches et elle l’embrassa de nouveau.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :