• 19/05/2011 (2)

    19/05/2011 (2)

    La jeune fille ouvrit la porte du bureau de son père et d’Adrian. Une boule se forma dans sa gorge quand ses yeux se posèrent sur le fauteuil de son père. Vide.

    « Bonjour Raven, la prit dans ses bras Adrian. Elle lui rendit son étreinte. Comment vas-tu ?

     

    19/05/2011 (2)

    -        Ça peut aller. Elle remarqua une pile de CV sur le bureau d’Adrian. Tu te cherches un nouveau partenaire ?

    -        Oui. Maintenant que l’affaire de ton père est close. Je suis prêt à travailler de nouveau avec quelqu’un. J’espère que ça ne te dérange pas ? Lui demanda-t-il inquiet de sa réaction.

    -        Pas du tout. Je préfère que tu sois avec quelqu’un qui surveille tes arrières que tout seul. Alors, tu as retrouvé son meurtrier ?

    -        Les dealers que nous avions arrêtés ont finalement balancé le nom de celui qui s’est échappé, commença-t-il son histoire. Il s’avérait qu’il était également le meurtrier d’Eliott. Nous l’avons donc retrouvé à Mexico.

     

    19/05/2011 (2)

    -    Comme tu le sais, s’approcha-t-il de la fenêtre, nous ne pouvions pas le ramener de force aux Etats-Unis, nous étions coincés. Les policiers sont donc rentrés à Detroit mais moi je suis resté. Je voulais confronter l’homme qui avait abattu mon meilleur ami afin de savoir s’il regrettait son geste, se retourna-t-il vers elle.

     

    19/05/2011 (2)

    -    Je l’ai débusqué dans un petit appartement pourri en train de se piquer, les yeux d’Adrian s’assombrirent à ce souvenir. Lorsqu’il m’a vu, il a tout de suite compris. Il s’est mis à me lancer des objets qui lui tombaient sous la main. Je les ai esquivé tant bien que mal puis je l’ai poussé. Nous nous sommes battus et pendant le combat, il a chuté violemment sur le sol et s’est cogné la tête contre une table. Il ne s’est pas relevé, conclut-il son récit les yeux baissés.

    -        Il … Il est mort ?

     

    19/05/2011 (2)

    -        Oui, avoua-t-il. Je suis désolé de ne pas avoir pu le mener devant la justice Raven … J’ai échoué … Il s’effondra sur son fauteuil et ses yeux s’humidifièrent.

    -        Compatissante, Raven posa une main sur son bras : Ce n’est rien. Au moins ce garçon ne risque plus de faire du mal à personne. Quel était son nom ?

    -        Ezio BROLLO. »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :