• 339

    ***

     

    339

    Eraldion était en train d’entraîner Courtney dans la forêt proche de la cité. Bizarrement, aujourd’hui, elle ciblait beaucoup son anatomie …

     

    339

    La jeune femme lui asséna, une fois de plus, un coup de pied bien placé. La douleur fut si intense, que de rage, il la fit tomber et la plaqua au sol pour l’immobiliser. Il la maintint fermement pour qu’elle cesse de s’agiter.

    « Lâche-moi tout de suite ! Lui ordonna-t-elle.

    -          - Pas avant de savoir ce qui ne va pas avec toi ! Depuis quelques jours tu es désagréable envers moi et j’aimerai bien savoir pourquoi.

    -          - Dégage ! S’écria-t-elle furieuse en tentant de donner un énième coup de genou dans son entrejambe. »

     

    339

    Mais le prince le dévia aisément et pesa de tout son corps pour l’empêcher de bouger. La position ridicule qu’ils venaient de prendre rendit la jeune femme encore plus gênée qu’auparavant.

    « Tu ne dis plus rien ?

    -          - Bouge avant que les autres ne nous voient. Ils vont en conclure certaines choses totalement fausses.

    -          - Comme quoi ? Nous ne faisons rien, s’amusa-t-il de la situation en y mettant tout son poids. »

     

    339

    Le feu monta aux joues de Courtney qui essaya de le désarçonner pour ne plus être dans cette situation délicate. En tordant son bassin, elle réussit enfin à le faire tomber et elle se retrouva sur lui. Essoufflée, elle le vit émettre un petit rire.

    « Quoi ? Ne comprit-elle pas, rageuse.

    -          - Tu es vraiment bizarre. Tu as des réactions bizarres. Tu es l’une des filles les plus bizarres que je connaisse, dit-il en souriant.

    -          - Idiot, le tapa-t-elle sur le torse en s’efforçant de ne pas lui donner l’impression qu’il la faisait fondre en souriant de cette façon. Il posa ses mains sur ses cuisses et lui demanda :

    -          - Qu’est-ce que je t’ai fait Courtney ? Dis-le moi, s’il-te-plaît.

    -          - … Je … Tu … Maintenant, il prenait sa voix de pauvre petit garçon …

     

    339

    -          - Oui ?

    -          - Ah vous voilà ! S’exclama Eris qui se figea sur place en les voyant. Oh … Désolée … »


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :